Documentation

A chaque pied, sa chaussure

MINI-SERIE SUR LE PIED (suite)

Pour continuer dans la mini-série sur le pied, j'ai décidé d'aborder cette fois-ci la chaussure, accessoire primordial dans la pratique de notre sport.

En effet, même si elle semble être un élément comme les autres lorsque nous partons marcher, elle devrait faire l'objet d'une attention particulière de notre part, car elle doit assurer une adhérence parfaite au sol et un bon maintien de la cheville et du pied. Son choix peut vite devenir un casse-tête, car elle doit tenir compte du pied, du terrain et de la météo. Pour marcher dans les meilleures conditions possibles, nous devons apporter un soin particulier car elles garantissent notre sécurité.

Anatomie de la chaussure

Remarque : l'écart entre deux pointures est de 6,55 mm.

CHOIX DE LA CHAUSSURE

Les critères à prendre en compte sont :  

  • une bonne adhérence au sol :
    • c'est la garantie d'une bonne sécurité du marcheur. Le crantage plus ou moins marqué, évitera les glissades et les chutes. La semelle assure une bonne adhérence et permet une évacuation des liquides (boue,eau, neige fondue).
  • un bon maintien de la cheville et du pied :
    • Hauteur de la tige :
      • la tige haute est à privilégier dans la randonnée car elle protège de l'humidité extérieure, assure un maintien parfait du pied et de la cheville et apporte un certain confort. Par contre, elle peut conserver le pied dans un milieu humide permanent (en particulier en cas de fortes chaleurs).
      • la tige basse est surtout adaptée à la marche nordique qui demande un mouvement important de la cheville, mais aussi pour la marche en ville, voire en moyenne montagne. Le principal avantage de ce type de chaussures sont leur légèreté et une excellente aération.
    • Matériau employé :
      • il peut permettre une certaine élasticité au niveau de la tige : aujourd'hui il existe des matériaux synthétiques tout aussi efficaces que le cuir même si celui-ci conserve toujours un certain intérêt, même si il reste fragile et long à sécher. Les coques plastique sont surtout utilisées pour la neige et la glace.
    • Couture :
      • c'est le point faible car rendant la chaussure fragile. De plus, elles augmentent le nombre de zones de conflit avec le pied et donc le risque de blessures.
  • une protection contre l'humidité mais aussi l'évacuation de la transpiration :
    • la partie extérieure doit empêcher l'eau de rentrer mais la doublure intérieure doit favoriser la circulation de l'air. Cet équilibre doit permettre de garder le pied dans un environnement sec et sain.
      • Remarque: Le Gore Tex est très souvent plébiscité mais il faut néanmoins faire attention car il a la propriété de retenir la chaleur. Son utilisation est à proscrire en cas de marche dans le désert. En revanche, il apportera une protection optimale pour les marches en zones humides.
  • une absorption des chocs et un amorti des inégalités du sol :
    • l'épaisseur et la qualité de la semelle extérieure, surtout au niveau du talon, donnera l'amorti (ressenti des chocs). Certains éléments (gel, plaque anti-torsion) existent certes coûteux mais intéressants pour améliorer l'amortissement existesur le marché.
  • un confort : le ressenti lors de l'essayage est surement le critère le plus important à prendre en compte. Il est très subjectif et dépend de la taille,du poids et de la morphologie du sujet, mais aussi de l'usage qui va en être fait :
    • promenade et petite randonnée : il faut privilégier le confort et la légèreté grâce à des matériaux légers (toile épaisse), une tige basse ou mi-haute et des membranes imperméables et respirantes afin d'évacuer la transpiration.
    • treck ou tout-terrain : dans ce cas, la tige haute doit être privilégiée, les matériaux sont résistants (cuir), la semelle épaisse et amortissante. Par contre, elles sont généralement plus lourdes et dessus peuvent se fixer des crampons ou des raquettes.
    • marche nordique : la chaussure doit être polyvalente car la marche se fait en terrain variable. La semelle doit être en même temps souple et solide et la tige impérativement basse afin de libérer la cheville.

Choix de la chaussette

  • hauteur de la tige : elle peut aller d'invisible (idéale pour la marche en sandale, l'été) au mi-bas (hiver) en passant par la tige courte (pour les chaussures à tige basse) ou haute (randonnée).
  • matière : coton, laine, acrylique/polyamide (résistant, absorbant), polyester (bon anti-transpirant), fluorofibre (diminuant le risque de frottement).

Il faut toujours garder en mémoire que le chaussage doit s'adapter à la morphologie du pied (et non l'inverse).

L'essayage d'une paire de chaussures de marche doit se faire sans précipitation, avec les bonnes chaussettes et en tenant compte des éléments physiologiques (gonflement du pied au cours de l'exercice). Il ne faut pas hésiter à investir dans plusieurs paires en fonction de la météo et de la marche choisie. C'est souvent un gage d'une bonne pratique de la marche.

Toutefois, même si toutes les précautions semblent prises, de petits ou de gros problèmes peuvent survenir. Bien évidemment, je suis à votre entière disposition si vous souhaitez que j'aborde un problème particulier.

En attendant, bonne marche à toutes et à tous.                           

CORINNE podologue

(merci à Jean Marie pour ses précieuses explications sur la marche nordique)

A Propos de nous

Chemin Faisant est une association Loi 1901, affiliée à la Fédération Française de Randonnée Pédestre et bénéficiaire de l’Immatriculation Tourisme.

Nos Partenaires

Image
Image
© 2020 Chemin Faisant Massy. Designed By JR-Concept